Accueil » Communication » Apple propose un service d’abonnement pour la presse via l’App Store

Apple propose un service d’abonnement pour la presse via l’App Store


Apple se lance dans un service d’abonnement pour la presse, proposé dans l’App Store. Bien ? Pas bien ? Difficile de le dire aujourd’hui, mais ce qui est sûr, c’est que les éditeurs français ne sont pas contents. Le principe est simple : les éditeurs peuvent fixer librement le prix des médias proposés mais Apple se réserve une belle part du gâteau : 30 % de commission tout de même !

En plus de cela, Apple fixe une liberté sous contrainte, c’est-à-dire qu’un éditeur peut proposer des offres d’abonnements en dehors de l’App Store, mais dans ce cas-là, la même offre ou une offre meilleure doit être proposée au sein de l’App Store. Pour être plus clair, les éditeurs ne peuvent plus mettre un lien via leur application pour renvoyer vers un site web dans lequel s’abonner, mais ils doivent proposer un abonnement via l’App Store et là, ce sont 30 % des recettes qui partent en poussière pour l’éditeur.

Ce nouveau système devient pervers car l’App Store devient finalement le passage obligé pour s’abonner à la presse numérisée. Et difficile pour les éditeurs de se passer de l’App Store qui diffuse déjà 70 % des contenus numériques mondiaux et qui est, par conséquent, le lieu de référence pour l’achat ou l’abonnement de ce type de produit.

Autre problème : les informations personnelles des abonnés. Les éditeurs pensent qu’elles sont leur propriété alors qu’Apple estime que ces abonnés sont avant tout leurs clients et qu’il s’agit donc de données qui leur appartiennent. Un compromis semble avoir été trouvé, mais les éditeurs ne sont pas tous d’accord. L’idée : laisser le choix aux abonnés de fournir ou non leurs données personnelles aux éditeurs (dans tous les cas Apple détient les informations qui les intéresse).

En France, le Groupement des Editeurs de Services en Ligne (GESTE) et le syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) souhaitent faire appel aux autorités de la concurrence pour mettre en avant un abus de position dominante sur la distribution des contenus numériques. En parallèle de cette démarche, Les Échos, L’Équipe, Le Parisien, Le Figaro, Libération ainsi que les hebdomadaires L’Express, Le Nouvel Observateur et Le Point, ont créé un groupe de presse il y a quelques semaines (le GIE-E-Presse Premium) afin de développer un kiosque numérique commun, en partenariat avec Orange.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

*

code

Revenir en haut de la page