Accueil » Internet » Quel est le véritable modèle économique des réseaux sociaux ?

Quel est le véritable modèle économique des réseaux sociaux ?


Vous êtes très certainement sur Facebook ? Dans le même temps, vous vous demandez comment le réseau social fait pour vivre, l’inscription et l’accès à l’information étant totalement gratuits ? Vous êtes d’autant plus étonné de savoir que les sites communautaires vont engranger plus de 10 milliards de dollars de recettes en 2011 selon une étude du cabinet Gartner. Et bien le modèle économique est simple : au menu, de la publicité, des jeux en ligne et des abonnements constituent la majeure partie de leurs revenus.

Les médias sociaux en ligne devraient enregistrer 10,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2011, près de 15 milliards de dollars en 2012 et jusqu’à 29 milliards pour l’année 2015. Sans surprise, c’est la publicité qui génère plus de la moitié des revenus des sites communautaires. Cette part devrait s’accroitre car le ciblage possible, très précis, sur ces réseaux sociaux va intéresser de plus en plus les annonceurs. Cet intérêt va se renforcer car ces plateformes favorisent le marketing viral, c’est-à-dire que la publicité se diffuse plus facilement entre utilisateurs qui deviennent les principaux vecteurs de la communication de la marque.

Au-delà de la publicité, les jeux payants constituent également une source de revenu non négligeable : 3,2 milliards de dollars en 2011. A ce titre, pour Facebook, Facebook Credits est déjà utilisé par près de 70% des jeux payants et l’entreprise de Mark Zuckerberg explique qu’il s’agit de faciliter la vie des utilisateurs qui n’auront plus qu’un seul intermédiaire, rendant les paiements plus faciles et permettant d’augmenter de fait les revenus des développeurs.

Enfin, la dernière grande source de revenus concerne les accès « premium » payants : 236 millions de dollars de recettes en 2011 pour l’ensemble des sites communautaires. Les cas les plus connus en France sont Viadeo ou Linkedin, les réseaux professionnels de référence.

Parmi les sources à venir, on peut penser à la consommation de contenus culturels (films ou musiques) disponibles notamment sur Facebook. Quoi qu’il en soit, les réseaux sociaux ne connaissent pas la crise…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

*

code

Revenir en haut de la page